Coudre sa garde-robe de grossesse?

Publié le par Aurélie

Robe "La Confortable"
Robe "La Confortable"

Lorsque je pense aux vêtements de grossesse, je revois l'une des premières scènes du film Good Bye Lenin de Wolfgang Becker (2002), dans laquelle une jeune femme porte (de mémoire) une très vaste robe jaune à fleurs ... qui à elle seule suffirait à expliquer l'effondrement de la démographie en RDA dans les années 1980!

Bien entendu, cette image ne correspond pas à la réalité actuelle. Au contraire, plusieurs chaînes de prêt-à-porter proposent une ligne de vêtements de maternité et il existe également quelques marques dédiées, comme Emoi émoi, Séraphine ou, n'ayons crainte des clichés, Envie de fraise. Toute une mode féminine soignée qui affiche comme objectif de mettre en valeur l'épanouissement des futures mamans. C'est un marché de niche et, comme on ne saurait rien refuser à une future maman, les prix sont à l'avenant.

Malgré tout, il est difficile de trouver de "véritables" boutiques vendant des vêtements de grossesse; l'essentiel de l'offre se trouve sur Internet. Certaines chaînes ont parfois un coin dédié aux vêtements pour femmes ou pour bébés, comme Gap, Kiabi, H&M, etc., mais pas dans toutes leurs boutiques. De fait, il existe peu de boutiques multimarques ou spécialisées dans les vêtements de maternité comme Mamma Fashion à Paris.

Or, s'il est parfois délicat d'acheter en ligne, même lorsque l'on connaît bien sa morphologie et la marque des vêtements, cela me paraît plus complexe encore lorsque la grossesse modifie la silhouette: comment juger du confort ou du seyant d'un vêtement sur photo?

De plus, compte tenu de la durée d'une grossesse, l'investissement dans de nombreux vêtements spécifiques, relativement onéreux, et que l'on ne remettra peut-être pas lors d'une prochaine grossesse, en vaut-il la peine?

T-shirt en satin de soie et veste ample en laine : parfait pour la mi-saison!
T-shirt en satin de soie et veste ample en laine : parfait pour la mi-saison!

T-shirt en satin de soie et veste ample en laine : parfait pour la mi-saison!

Bref, est-il vraiment nécessaire de refaire l'ensemble de sa garde-robe pour neuf mois de grossesse?

Coudre soi-même une partie de sa garde-robe de grossesse ou, du moins, adapter certains vêtements à la maternité n'apporterait-il une alternative aux futures mamans qui ne veulent pas céder au consumérisme mais restent soucieuses de leur confort et de leur apparence?

Ainsi, comment adapter son vestiaire à la grossesse?

La première question à se poser, me semble t-il, est la suivant: de quoi ai-je véritablement besoin pour les 9 prochains mois?

La réponse sera évidemment différente selon les goûts et l'activité, notamment professionnelle, de la future maman, mais aussi de des changements de sa silhouette, de la saison, etc.

Quelques pistes peuvent permettre à chacune de répondre à cette question en fonction de ses envies, de ses besoins ou de ses contraintes.

Megan Nielsen, pa exemple, propose dans son DIY Maternity un ensemble de vêtements constitué de 13 pièces qui peuvent, combinées les unes avec les autres, représenter la base d'une garde-robe de maternité bien pensée.

Les 13 pièces de base du DIY Maternity

Les 13 pièces de base du DIY Maternity

Megan Nielsen propose de coudre cette garde-robe mais, même si l'on ne coud pas, cette liste peut être utile pour éviter de se disperser dans des achats qui se révèleront peu utiles au quotidien.

Ce vestiaire fait la part belle aux tuniques de forme variée et aux T-shirts (5 pièces), à combiner avec pantalon ou legging/jegging et gilets (3 exemplaires), longs de préférence... A cela s'ajoutent une robe (ce qui me semble peu) et deux jupes de maternité, qui ne me paraissent pas être les vêtements de grossesse les plus agréables à porter. La plupart des vêtements proposés est évidemment en jersey, plus confortable et "évolutif" que les étoffes tissées.

Personnellement, j'aurais remplacé les jupes par des robes, que je trouve plus agréables à porter et moins complexes à assortir. Selon moi, manque également à cette armoire de grossesse une veste ou un manteau.

Quoi qu'il en soit, le blog de Megan Nielsen est très agréable à parcourir et propose (à la vente) des patrons pour réaliser une partie de cette garde-robe, mais aussi des comptes rendus d'autres patrons de grossesse, des astuces, etc. Bref, une mine pour les futures maman qui aiment la couture, mais aussi pour les autres, qui cherchent simplement des idées et des astuces pour adapter leur garde-robe.

Numéro spécial grossesse d'Idées Couture
Numéro spécial grossesse d'Idées Couture

Megan Nielsen n'est, bien évidemment, pas la seule à proposer des patrons de grossesse. Les magazines comme Burda éditent régulièrement quelques patrons spécifiques, voire publient des numéros spéciaux, ainsi Idées Couture en octobre 2011, mais cela reste assez peu fréquent.

Toujours dans les maisons de patronage classiques, on trouve quelques patrons-pochette de vêtements de grossesse, chez Burda, Butterick, kwik-sew, etc. Ces patrons sont en général assez basiques mais, comme ceux de Megan Nielsan, permettent de se constituer une garde-robe utilitaire. Enfin, de petites marques de patrons comme Fregoli proposent également quelques modèles facile à coudre. Les prix de tous ces patrons sont variables, de 5 à 15€ et conforme aux prix habituels de la marque.

En parallèle à ces grands classiques, un certain nombre de maisons de patron indépendantes se sont spécialisées dans les modèles de grossesse. Dans cette catégorie, on trouve par exemple Atelier Scämmit, qui a quelques patrons de robe très moderne, comme la robe bustier Coconut ou Be pretty à taille empire. Il s'agit de patrons au format Pdf, à télécharger et imprimer soi-même pour 7€ l'unité.

Dans cette catégorie-là, on trouve également l'Atelier des cigognes, qui présente 6 patrons basiques, comprenant hauts, robes, jupes, pantalon, etc., et quelques variantes pour chaque modèle à 10€ le patron.

Enfin, la marque Deuxième arrondissement vends une dizaine de patrons de grossesse avec l'ambition affichée de permettre aux futures mamans de "rester pointues côté mode", pour un coût de 14€ par patron.

Concernant les patrons-pochette, il me semble malgré tout nécessaire de bien les sélectionner si l'on ne veut pas que cela revienne finalement plus cher qu'acheter des vêtements déjà confectionnés!

En outre, du côté des livres de couture, Astrid Le Provost, créatrice de la marque de patrons pour enfants Citronille, dont j'ai d'ailleurs utilisé un autre ouvrage : les Intemporels pour bébés, a publié les Intemporels pour future maman, Cet ouvrage propose une trentaine de modèles : des vêtements de nuit, des ceintures, des blouses, des robes, des gilets et des manteaux. Le tout pour 25€, ce qui peut être un investissement opportun si l'on apprécie le côté un peu classique, vintage de ces modèles.

Les modèles de "couture japonaise", enfin, en général particulièrement loose, peuvent fort probablement également convenir à la réalisation d'une garde-robe de grossesse.

Victoria Blazer de By Hand London
Victoria Blazer de By Hand London

Victoria Blazer de By Hand London

L'offre est ainsi assez variée, plus encore si on y ajoute les nombreux tutoriels proposés sur Internet, comme chez Cotton & Curls.

Toutefois, toujours attachée à rationaliser au mieux ma garde-robe et mes investissements dans le matériel de couture, j'ai choisi de ne pas investir dans ces patrons de grossesse, malgré ma curiosité, afin d'éviter de surcharger encore plus ma bibliothèque à patrons, déjà bien trop étoffée pour la place dont je dispose... et de ne pas trop vider mon porte-monnaie!

J'ai seulement acheté d'occasion le numéro d'octobre 2011 d'Idées couture, que j'ai trouvé par hasard sur le site La Fibre créative. Je ne l'ai finalement que peu exploité, mais il m'a permis de réalisé mon pyjama de grossesse à un moment où bien dormir devenait un enjeu.

Pantalon Ginger et blouse Billie
Pantalon Ginger et blouse Billie

J'ai donc adopté une stratégie légèrement différente pour composer ma garde-robe de grossesse, en m'inspirant du programme de Megan Nielsen, afin d'en maîtriser le coût, mais aussi pour éviter de coudre de nombreux vêtements dont je profiterais peu, ce qui est toujours frustrant.

1) Au cours du premier trimestre de grossesse, il ne m'a pas été nécessaire d'user d'une garde-robe spécifique: j'ai essentiellement puisé dans mon armoire quelques pièces adaptées. J'ai ainsi simplement remisé les robes cintrées que j'affectionne habituellement pour des vêtements à la ceinture plus lâche, comme des robes-chemise portées sans ceinture ou des blouses un peu amples, telles que la Billie, de La Maison Victor, que j'ai portée presque jusqu'à la fin de ma grossesse. J'ai également souvent porté le pantalon Ginger, dont le tissu s'était distendu à l'usage, en particulier au niveau des hanches et de la ceinture. Ainsi, un défaut de qualité du matériau a permis un deuxième usage de cette réalisation ... qui maintenant est vraiment très distendue! Ce sera une bonne raison d'en coudre un autre un peu plus tard...

Robe-polo et robe-tunique (sans ceinture), alliées d'une grossesse toute en confort
Robe-polo et robe-tunique (sans ceinture), alliées d'une grossesse toute en confort

Robe-polo et robe-tunique (sans ceinture), alliées d'une grossesse toute en confort

2) L'été étant propice à la décontraction, pour le deuxième trimestre, j'ai encore simplement sélectionné dans mon armoire quelques robes-bustier à smocks ou des robes amples mais qui n'étaient pas particulièrement pensées pour les futures mamans, ainsi le modèle du Burda de mai 2012 que j'ai cousu au printemps dernier.

En parallèle, profitant des soldes, j'ai investi dans quelques pièces en jersey, achetées dans le commerce car je ne suis pas à l'aise dans le travail de ce matériaux. J'ai ainsi acquis un pantalon de yoga (porté jusqu'au 8ème mois!), dont la ceinture très souple est très confortable et qui m'a permis de maintenir une certaine activité physique sans être gênée par mes vêtements. J'ai également acheté deux T-shirts d'hommes en taille S : la coupe non cintrée de ces hauts les rend très confortables et plus seyants que les T-shirts pour femmes dans lesquels je me serais sentie engoncée.

Enfin, après avoir envisagé de coudre moi-même un maillot de bain de grossesse, j'ai préféré en acheter un dans une taille plus grande que celle que je fais habituellement et qui a parfaitement convenu pour ces quelques mois d'été.

Liquette en soie

Liquette en soie

3) A partir du sixième mois, cependant, il m'est devenu impossible de jouer uniquement sur les pièces que je possédais déjà: il a fallu que je me penche sérieusement sur la question d'un vestiaire mieux adapté à mes nouvelles formes.

Je suis tout d'abord allée en boutique spécialisée, chez Mamma Fashion très précisément, afin d'acheter les quelques vêtements que je ne coudrais en aucune façon : deux paires de jeans, un legging, deux paires de collants de grossesse et un T-shirt manches longues. Cette visite m'a aussi permis de recevoir quelques conseils et de mieux comprendre la structure des vêtements de maternité avant de me lancer dans la réalisation de quelques modèles.

Ces achats ont été mon plus gros investissement en matière de vêtements propres à la grossesse et, malgré le coût global, je ne le regrette pas car je les ai beaucoup portés, hormis la seconde paire de jean, un peu trop grande, et finalement peu utile car j'ai souvent porté des robes.

A ces quelques vêtements de base, adaptés à ma nouvelle morphologie, j'ai ajouté quelques pièces que j'ai cousues afin de pouvoir y être à l'aise avec mon ventre arrondi, mais sans perdre de vue la possibilité de les porter plus tard.

Ma première réalisation ad hoc a été la robe Aubépine de Deer & Doe, qui n'est pas un patron de grossesse mais qui s'y prête bien avec sa taille empire et sa jupe ample. Ce modèle s'est révélé très confortable et je l'ai porté avec plaisir tout au long du troisième trimestre de grossesse. J'ai simplement regretté de ne pas avoir eu le temps d'en coudre un deuxième exemplaire, en lainage par exemple. Le coût du patron (12,90€) sera rentabilisé par des réalisations ultérieures, tant cette robe est agréable à porter au quotidien.

Aubépine : une robe à taille empire très agréable à porter!

Aubépine : une robe à taille empire très agréable à porter!

Robe Rosa en jersey
Robe Rosa en jersey

Dans la catégorie des robes également, j'ai volontiers porté ma robe "La Confortable" en jersey de laine, adaptée du patron le Confortable de Mlm patrons. Mais celle-ci a commencé à devenir un peu juste et, surtout, à se déformer, ce qui compromettait son seyant ultérieur.

J'ai donc décidé de coudre une autre robe, sur un modèle proche : ce fut la robe Rosa, de La Maison Victor, en molleton de coton. Un semi-échec car finalement assez peu seyante avec un ventre très rond et dont le décolleté, trop bas, ne m'est pas agréable. Je la transformerai peut-être en sweat-shirt ensuite.

Blouse Billie, La Maison Victor

Blouse Billie, La Maison Victor

Top Lou de Ma Couture facile
Top Lou de Ma Couture facile

Ayant acheté jeans et legging, il me fallait quelques tuniques. Dans la sélection des modèles que je voulais porter, j'ai tout d'abord été attentive à l'ampleur du vêtement, avant de me rendre compte, petit à petit, que sa longueur importait également...

Le choix est assez vaste pour ce type de modèles, en particulier dans les revues de patrons comme Burda ou les livres de couture japonaise qui proposent nombre de tuniques amples ou oversize.

Blouse New Look 6187
Blouse New Look 6187
Blouse New Look 6187
Blouse New Look 6187

Blouse New Look 6187

Blouse Dressing Chic
Blouse Dressing Chic

J'ai dans un premier temps cherché à utiliser ce que j'avais déjà dans mon armoire, ainsi une blouse en satin de soie, ample devant grâce à un ensemble de plis et très facile à réaliser avec un patron New Look. Mais je n'ai pu la porter que quelques semaines car elle est rapidement devenue trop étriquée. J'ai au contraire bien porté mon T-shirt en soie un peu grand réalisé à partir d'un modèle de Dressing Chic de Cécile de Châtillon.

Enfin, s'ajoutait à ces deux pièces et à un T-shirt en satin de soie à imprimé dentelle ma blouse Billie, tirée de la revue La maison Victor, portée avec plaisir jusqu'à la fin de ma grossesse. Elle convenait en effet parfaitement, du fait de l'ampleur du drapé et de sa longueur.

En plus de ces tuniques, j'ai cousu le top Lou, de Ma Couture facile, dont l'ampleur sous la poitrine me paraissait particulièrement idoine.

Coudre sa garde-robe de grossesse?

Robes, tuniques et jeans ou legging ont ainsi constitué la base de ma garde-robe d'automne. Et dès le fraîchissement des températures, j'ai simplement ajouté un gilet en laine par dessus ces vêtements.

Enfin, je disposais également dans mon vestiaire de vestes déjà cousues qui se sont révélées parfaitement compatibles avec la grossesse.

Ainsi, le Victoria Blazer de By Hand London, une veste à l'allure un peu sportive, a été très confortable et seyante malgré un ventre arrondi.

Et, surtout, j'ai eu grand plaisir à m'envelopper dans ma cape en laine, que j'appréciais déjà, mais qui m'est apparue comme le manteau de grossesse parfait: très confortable et bien enveloppante.

Cape en laine : idéal comme manteau de grossesse!

Cape en laine : idéal comme manteau de grossesse!

Enfin, le souci de bien dormir a été pour moi l'occasion de tester deux revues que je n'avais encore jamais utilisées.

J'ai tout d'abord cousu une liquette bien ample et assez chaude dans une bourrette de soie abricot : un patron tiré du numéro de septembre de Fait Main, qui appartient au groupe Burda. Un modèle facile à faire et agréable à porter, notamment pour la nuit.

J'ai ensuite réalisé un ensemble pyjama en coton, très confortable avec son haut et sa ceinture en jersey. Pour ce faire, j'ai utilisé deux patrons du numéro spécial maternité d'Idées Couture 2011, version française de la revue italienne La Mia Boutique. Là encore, il s'agissait de patrons très simples à suivre... et d'un investissement financier fort modeste!

Pyjama de grossesse en coton
Pyjama de grossesse en coton
Pyjama de grossesse en coton

Pyjama de grossesse en coton

Ainsi, à un moment où le corps change beaucoup et rapidement, à un moment où l'on a besoin et envie de se sentir bien, il est tout à fait possible de composer une garde-robe agréable à porter et seyante, sans se ruiner. Il n'est ainsi pas nécessaire non plus, si on ne le souhaite pas, d'avoir recours à l'offre des grandes chaînes de vêtements qui produisent de manière peu éthique et peu écologique.

Pour avoir quelques références et des informations complémentaires, vous pouvez également consulter:

- La Bobine

- Thread & Needles

- Le fil à coudre d'Anna

Publié dans garde-robe, couture, bébé

Commenter cet article

Olivia 21/11/2015 20:36

Merci pour cet article car le sujet est peu abordé, et pour le lien ;)
Bon week-end

Aurélie 25/11/2015 18:26

Ah, mais il faut rendre à César ce qui est à César! Ces articles m'ont été utiles pour nourrir le mien; les citer me semble la moindre des choses ... d'autant plus effectivement que le sujet est assez peu abordé.