Le tricot des Danaïdes ...

Publié le par Aurélie

Il est d'usage un peu partout dans le monde d'offrir au nouveau-né un présent que l'on a réalisé soi-même, et non acheté, en signe d'une affection et d'une bienveillance qui lui sont d'emblée assurées. Tradition désuète et dépassée alors que l'offre de cadeaux de naissance, tous plus mignons et onéreux les uns que les autres, est pléthorique?

Bien au contraire! Petit trousseau, couverture, Bai Jia Bei (couverture aux cent voeux), etc. sont autant d'occasions pour les futurs parents et la famille de repenser la valeur qu'ils accordent aux objets: le prix et la marque du présent sont-ils vraiment ce qui importe le plus?

Petite brassière en tricot

Petite brassière en tricot

C'est d'ailleurs souvent à l'occasion d'une naissance que de futures mamans, des tantes ou cousines (sans vouloir donner dans le sexisme, les hommes sont moins présents sur ce créneau) débutent le tricot ou la couture (ou dans mon cas, le patchwork) ... et ne quitteront plus leurs aiguilles de si tôt!

J'ai (évidemment!) cousu quelques vêtements tirés des Intemporels pour bébés d'Astrid Le Provost, réalisé des trousseaux de naissance, des gigoteuses, des capes de bain, une couverture... Et je ne regrette en aucune façon le temps passé à la réalisation de tout ce linge. Cela m'a permis de préparer l'arrivée des bébés en aménageant un cocon douillet et de faire de sensibles économies en utilisant, autant que faire se pouvait, des chutes de tissus et de la mercerie que j'avais en stock.

Mais je ne me suis pas limitée à mon domaine de prédilection qu'est la couture, j'ai voulu tricoter de la layette. Après tout, ces naissances étaient l'occasion de me lancer dans des projets un peu plus complexes qu'un Trendy Châle, une écharpe ou une veste au point mousse.

Bien mal m'en a pris: ce (très simple) projet fut interminable!

Le tricot des Danaïdes ...

Tout semblait pourtant bien parti! Dès le mois de juin, j'ai commencé à rassembler le matériel nécessaire. J'ai acheté une jolie laine "Baby Alpaca Silk" de Drops, des aiguilles de taille appropriée et j'ai remis la main sur l'unique revuede tricot que je possédais: une publication Monoprix de 2001 dont je me suis toujours demandée pourquoi je la conservais: c'était l'occasion de l'utiliser!

J'ai choisi l'un des modèles les plus simples: une brassière d'une seule pièce. Mais rarement tricot aura été aussi long à mener au bout!

Tout d'abord, tricoter avec des aiguilles de 3,5 était pour moi une nouveauté. Jusqu'alors, je n'avais travaillé que des fils épais, et même la veste Céline - mon plus grand projet - était montée assez vite. Là, j'avais l'impression de chercher à remplir le tonneau des Danaïdes! Cette pièce était toute petite mais je ne la voyais pas avancer en dépit du temps que j'y passais.

Quand, enfin, la brassière a commencé à prendre forme, j'ai accéléré le rythme de mon tricot: je voulais en voir la fin! Mais comme souvent lorsque l'on veut aller trop vite, la précipitation m'a fait faire quelques erreurs, notamment quant à l'ampleur des manches. J'ai donc dû détricoter une partie du dos alors que je pensais voir le bout de ce tricot.

Le choix des boutons: noix de coco ou planisphère?

Le choix des boutons: noix de coco ou planisphère?

J'ai finalement achevé ce tricot au mois d'août. Puis il a patienté, non cousu, dans mon sac de "projets en attente" jusqu'à la semaine dernière. Ce tricot, que j'avais trouvé bien pénible à réaliser et peu gratifiant, du fait de sa simplicité et du temps que j'y avais passé, était tout simplement sorti de mon esprit!

J'ai donc finalement pris le temps de faire les (deux!) coutures et de mettre les boutons en place... plus de 8 moins après avoir terminé le tricot ... et alors qu'il est devenu trop petit pour mes enfants!

Petite brassière tricotée ... portée une journée!

Petite brassière tricotée ... portée une journée!

Je me lamentais donc amèrement sur mon manque d'habileté et ma paresse en tricot lorsque la voix (masculine) de la raison m'a demandé pourquoi je m'acharnais sur le tricot, qui ne m'apportait que déconvenues et grincements de dents?

Oui, pourquoi? Peut-être tout simplement parce que j'aime le matériaux, la laine. Ou que je trouve magique de voir se former un objet à partir d'un simple fil. Parce que le tricot me paraît être le corollaire indispensable de la couture...

Bref, allais-je m'avouer vaincue et abandonner le tricot? Et bien NON! Bien au contraire, tricoteuse autodidacte et peu habile, j'ai décidé de prendre le taureau par les cornes!

Profitant des nouveaux outils mis à ma disposition par Internet, je me suis inscrite ("enrôlée"!) à un cours de tricot pour débutante sur Craftsy, dont je rendrai compte très prochainement.

Publié dans bébé, tricot

Commenter cet article

Ziglyet 04/05/2016 12:23

Cette brassière est toute simple mais toute mignonne. Si tu veux voir tes tricots monter plus vite, je te conseille de tricoter avec des motifs. Alors là, le tricot est bien plus chouette, et pimente un peu les longs mètres de laine montée sur les aiguilles;)

Aurélie 04/05/2016 14:44

Ce devait être un projet facile, et le premier de toute une série... Mais je me suis ennuyée, j'ai été inattentive et j'ai dû refaire... Bref, tout ce qu'il y a de plus désagréable en tricot! Mais je vais suivre ton conseil et me lancer dans quelque chose de plus ambitieux!