La couture amateur, nouveau marché de niche?

Publié le par Aurélie

La couture amateur, nouveau marché de niche?

Il y a quelques années, les revues féminines spécialisées dans les travaux manuels (tricot, couture, jardinage etc.) comme Avantages, Modes & Travaux ou encore Prima ont cessé de joindre une planche de patron à leur numéro mensuel. Ces magazines, qui étaient sans doute en mal de lectorat ou souffraient de leur image un peu vieillotte, ont renouvelé leur "formule" en éliminant progressivement la couture de leurs pages centrales, au profit de pages modes ou de "Do-It-Yourself" divers. Au mieux, il ne reste plus depuis lors que quelques schémas pour réaliser des vêtements simples comme des robes-tuniques, des jupes à taille élastiquée etc., ou alors la possibilité de commander le "patron du mois".

Pourtant, après le succès de l'émission "Cousu Main" sur M6, et la visibilité qu'elle a donnée à la couture amateur auprès du grand public, de nouveaux acteurs semblent vouloir investir cette niche de marché. Le magazine "Télé 7 jours" a ainsi lancé une collection de suppléments, Ma couture facile, en collaboration avec Made in Me Couture, Ma petite mercerie et Singer, qui étaient déjà les partenaires de l'émission de M6.

La couture amateur, nouveau marché de niche?

Ce supplément "Ma couture facile" se présente sous la forme d'une pochette cartonnée qui contient un fascicule explicatif et une planche de patron qu'il faut décalquer, car les lignes de coupe se superposent. Ce qui me semble un peu dommage s'agissant de couture facile, mais permet sans doute le proposer le patron à un prix modeste.

La couture amateur, nouveau marché de niche?

Le modèle, une blouse avec deux plis aux épaules et un petit plastron fantaisie est extrêmement simple, assez semblable à ceux que l'on peut trouver dans les livres de patrons japonais ou ceux de la collection Dressing chic. Il n'est pas particulièrement original mais correspond à l'air du temps.

Le livret explicatif est très détaillé, afin de permettre aux débutant(e)s de s'y retrouver facilement.

Cela pour 1,90€ en sus du prix habituel de la revue. Une formule d'abonnement est également proposée.

La récente polémique à propos des patrons Aime comme Marie vient encore conforter l'idée d'un fort dynamisme de ce marché. En effet, la marque est essentiellement orientée vers une clientèle débutante, jeune, "connectée" et a connu un développement fulgurant grâce à Internet en proposant plus un "univers" que seulement des patrons de couture, tout cela relayé par des blogs de "fans" ("addicts").

La question reste de savoir si cet engouement commercial et les stratégies marketing des divers acteurs du secteur vont finalement profiter aux couturiers/ières amateurs ...

Publié dans patron, couture

Commenter cet article